Amours mal barrées

R. 34 :
Djanem passagère se dérobe et m'ôte comme une robe, m'enduit d'amour et de salive. Narcissisme et foucade – où, l'égoïsme ?
Je suis un instrument jouissant des circonstances.

R. 35
Je brode mes amours sur l'absence. Djanem entrée en moi. Juste serrer à mort ma mère et m'en repaître, comme elle m'a broyé pour naître.
Je boite au bord de l'abîme. Chacun soumis à sa loi. Notre amour est soumission, et contemplation alternées. Vois combien déjà nous avons vécu. Elles bâillent, nos idoles, veulent vivre comme nous, jouir comme nous, si tant est que nous jouissions - chacun, jadis chacun s'aimait sans se toucher. J'aurais voulu borner mes actes à mes agitations de croupe, sans autres projets d'existence ! voyez l'inconsistance...

R. 36 : J'appelle « Djanem » toutes mes angoisses : de même pour Dieu ; agenouillez-vous, et vous croirez. . 
R. 37 :

Premiers cours ; le volet contre la vigne, la naissance de l'amour. Corneille = « histoires de mecs ». Arielle dans le sourire sur son lit. J'accepte de Djanem les doux reproches.

R. 38 : la psychiatre passe dans mon dos, puis dénonce mon « horreur du sexe ». Si j'étais ainsi abordé par des femmes, à mon tour je multiplierais les objections. « Mettre une femme dans son lit en 20mn. » - injection – injonction redoutables.

R. 39 : La sagesse vient toujours trop tard. "Ceux qui ne veutlent pas comprendre". J'ai revu ma psychiatre sur un passage clouté. Leçon particulière en présence du mari de Djanem. Je voulais une infirmière. Ils se parlent l'un de l'autre, donc ils s'aiment. Et moi je crois qu'il ne partira pas.

R. 40 :
Arielle et moi parlons peu. Ne creusons jamais trop loin.
Nils épie sa femme comme un Bartolo.
. Je m'indigne, tout enfant, de trouver de l'amour dans les chansons, ne reconnais pas l'amour dans un récit de forêt canadienne. .

R. 41 :
Il n'y a que Djanem qui souffre. Emotion sexuelle vaut acte sexuel. Les très imparfaites poires à jus du bas de nos ventres. Un jour les scientifiques trouveront un meilleur moyen de jouir à coup sûr. Plus tu m'insultes et plus tu m'aimes : trop fort.

R. 42 :
Nous ne pourrons jamais revenir sur nos paroles sacrées. Caractère dérisoire de l'action. Lazare a tout piétiné : ça c'est un homme ! "Il te le fera payer", mais bien sûr ! Les leçons de morale sont destinées au règne des salauds. "Est-ce qu'il ne serait pas en train de se la jouer, là ?" Les gens moraux se contemplent dans le miroir de Dieu. Miroir déformant... "Il se la joue, là!" Comme tout le monde, mon con...

R. 43
"Il faut s'en donner les moyens" : pauvre con... Ne plus le contredire, mais renchérir ! Monsieur se retrouvera englué dans ses propres truismes qui ne font rien avancer du tout. Reprenons : qu'ai-je de commun avec le premier mari ? "Je ne sais pas pourquoi j'ai envie de vous parler de ça".
J'ai souvent soupçonné la fabulation. La T.S. au Lexomil, Djanem retrouvée au volant à l'arrêt.
La biche dans la piscine : bidon fortement soupçonné. Le transport à "on ne sait quel" hôpital (R. 8).
XXX 63 06 27 XXX

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Namouna de Troyat

HAINES ENCLOSES

Résurrection de Namouna !