L"intrusif, repères

L'INTRUSIF R E P È R E S
Effacer à tout prix ce qui ne figure pas explicitement dans le §, même si c'est bien formulé ou justement anticipé.


R. 0 : Narration sans fard. Jusqu'au moment du texte épique avec voix d'ocarina. Elle me propose 100€ par mois.

R. 1 :
Désir d'intrusion, sans endosser pour autant la responsabilité d'un époux.

R. 2 : Je m'appelle Petit-Keller. « Ne rien dire à cet homme, qui vous met dans ses livres » - risibles figurines

R. 3 : Nous avons suspendu le temps. Les manuscrits mal bâtis sont repoussés par les éditeurs. Celui-ci en est un.
R. 4 : Apparition du personnage de Djanem Kohanim

R. 5 : Djanem est belle-sœur d'un PalestinIen, mais sa fille a Nils pour père. Lazarus, petit replet frisé. Fait campagne populiste pour la députation. Se sert de Nils, opposant factice. Présentation de Djanem, à regards baissés. N'importe qui l'aurait vu.

R. 6 : "Comme un tigre". La fausse controverse. "Je le sais". Absence de bourrelet d'anus. Lazarus tire peut-être encore les ficelles. Tu recouches avec lui à présent comme un chien qui retourne à sa vomissure.

R. 7 : Mon héroïne a plusieurs noms. "Ils" se sont parlé de moi. Je ne veux pas renouveler l'expérience de Mme Vedovi. Les danseuses du Crazy Horse qui se branlent à deux par chambres

R.8 : Tailleur sombre. « Tu rayonnais de tendresse » Rappel de la lecture de la fillette. Pygmalion est observé.

R. 9 : Le battant de la vigne vierge. Envoi du fragment d'un discours amoureux. Le pincement de cœur. Ronsard ou Corneille. 17 ans d'écart. « On n'aime point, Seigneur, si l'on ne veut aimer » Médaillon de Maurice. Les dents de lait dans un étui sur son
sein

R. 10 :
Nils prend un couteau dans le tiroir. Leçon sur les Mémoires d'Hadrien La tient sur lui: « Calme-toi. Tu vas y arriver. » Je le vois, il me verse l'orgeat sans trembler.
Ivrogne mais « gentil ». Tous les hommes prétextent la fragilité de leur femme. Ne veut plus infliger ça à Nils
Parlent de leur vie conjugale.

R. 11 : Le ventre a refusé l'amour. Torrents de mots d'amour. Chien qui se roule sur le dos. Lazare ne m'a jamais vu aussi attaché 

R. 12 :Aimer c'est en permanence doubler le cap Horn. Faiblesse et ambiguïté du désir féminin, qui ne trouve son apogée que dans la masturbation. Plutôt crever dans un fossé sur la route de Jérusalem.




R. 13 :
Le vétilleux Lazarus obtient Te-Anaa au téléphone. Mon immense rigolade. L'instant d'avant, il la déchirait, elle qui disait « C'est l'écriture ou moi » « Tu n'avais rien à lui promettre » "Tu as gâché qqch entre nous !" (???)Pour moi je tiens mes promesses, à condition qu'elles soient explicites. Vacher « Je me suis choisi mon propre caractère ! » Djanem est allée le voir, « pour se renseigner » ! « Le reste, tu ne l'auras jamais » … Je ne suis qu'une grosse lavette. Et c'est encore à l'accusé de trouver ses propres charges…

R. 14 : (Sa vie fut consacrée au "faire", et moi à "contempler mon nombril", ah le con ! Je n'ai pas assez cru en "l'Homme" ! « Tu n'as pas su vouloir suffisamment ! »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

HAINES ENCLOSES

Résurrection de Namouna !

Shan-Sa impératrice, et la suite